Islam, le remède qui élève l'âme...

Islam, le remède qui élève l'âme...

Lorsque le prophète fût empoisonné

D'après `A'icha (qu'Allah soit satisfait d'elle),
Un juif de la tribu Zûrayq, nommé Labîd ibn Al-'A`sam, ensorcela l'Envoyé d'Allah (pbAsl), au point qu'il (pbAsl) lui semblait faire des choses qu'il n'a pas faites. Or, un certain jour -ou une certaine nuit- qu'il était chez moi, l'Envoyé d'Allah (pbAsl) invoqua Allah à plusieurs reprises, puis il me dit: "O `A'icha! sais-tu bien qu'Allah m'a inspiré la décision que je Lui avais demandée? Deux hommes vinrent à moi; l'un s'assit à mon chevet, l'autre à mes pieds. Celui qui s'est assis auprès de ma tête dit à celui qui s'est assis à mes pieds, -ou celui qui s'est assis à mes pieds dit à celui qui s'est assis auprès de ma tête: "De quoi souffre cet homme?". Il lui répondit: "Il est ensorcelé". - "Qui l'a ensorcelé?". - "Labîd ibn Al-'A`sam". - "Et sur quoi?". - "Sur un peigne et quelques poils, qui se trouve dans l'enveloppe d'une spathe de palmier mâle". - "Où sont ces objets?". - "Dans le Bi'r Thi 'Arwân". `A'icha poursuivit: "L'Envoyé d'Allah (pbAsl), accompagné d'un groupe de ses Compagnons, se dirigèrent vers ce puits". A son retour, il raconta à `A'icha: "O `A'icha! Par Dieu! on dirait que son eau est une infusion de henné et que ses palmiers ont des têtes de démon". Je lui dis: "O Envoyé d'Allah! Les as-tu brûlées?". Il répondit: "Non. Du moment qu'Allah m'avait guéri, je répugnai à provoquer par-là une adversité entre les gens et j'ai ordonné qu'on enfouisse ces choses-là". Rapprté par muslim en arabe uniquement 4059


27/07/2009

A découvrir aussi